Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Mère et fils
  • Mère et fils
  • : Les aventures des poussins, racontées par leur presque poule de mère
  • Contact

C'est l'histoire, d'une poule au foyer, de deux poussins, de saucisses, d'Allemagne, de cuisine, de couture, de bilinguisme, de dentiste canon, de chat, de bretzel...en général, c'est une histoire drôle...

Recherche

22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 11:25

Il y a quelque temps, je me régalais encore de vos histoire de gaffes d’enfants, le petit garçon qui dit à la caissière, au supermarché qu’elle n’est pas belle, la petite fille qui dit à sa mamie qu’elle sent mauvais de la bouche…

Il faut dire qu’Elliot s’est mis à parler assez tard et qu’il n’a pas été immédiatement compréhensible de tous.


Voila quelques mois qu’il est lancé, sans pitié, dans sa période, « tout ce qui me passe par la tête est dit. Haut et fort en plus ».


L’autre jour, dans la salle d’attente du gynécologue (on y a passé du temps ces derniers temps…) mon Poussin dit à son père, en allemand donc, « pourquoi le monsieur est triste? »

Stephan, un peu gêné lui réponds qu’il n’est pas triste mais pensif, pourtant le monsieur en question ne devait effectivement pas être en grande forme car la réflexion pourtant mignonne d’Elliot ne lui a pas rendu le sourire.

En même temps, je crois qu’il n’y a que mon mari pour sourire chez le gynéco…


Et hier, au Kinder Garden, c’est moi qui ais hésité entre me cacher sous le tapis ou éclater de rire.

Une dame du Kinder Garden était penchée sur le landau et gazouillait en allemand au bébé indifférent.

Elliot s’approche et tire sur la manche de Raphael et dit à la dame (en allemand), « regarde la petite main mignonne! » et il fait le tour du landau, saisi l’autre manche et dit « et l’autre aussi, regarde l’autre! »

Si maintenant je précise que la dame, elle n’a qu’une main, vous comprenez ma gêne devant l’insistance d’Elliot à montrer que son frère en a 2...


En général, ce sont plutôt nous, les parents qui faisons l’objet de ses remarques, il est actuellement très porté sur les cheveux, ou plutôt sur le manque de cheveux de son père.

Il a aussi trouvé étonnant qu’il ait si peu de cheveux sur la tête et qu’il en ait autant sur la poitrine…une façon comme une autre de lui enseigner les injustices commises par Dame Nature…


Il a aussi relevé la petite taille du zizi de son frère (pourtant tout à fait honorable), je pense que pour le moment Raphael ne s’offusque pas mais faudrait pas qu’il la lui ressorte dans 5 ans celle là…


Quant à moi, il me demande encore régulièrement s’il y a encore un bébé la dedans en désignant mon ventre…

Heureusement, il m’a aussi dit: « t’es beau maman… » ça console.


Repost 0
Published by Mélanie H
commenter cet article
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 14:14

Mon mari trouve me trouve un peu trop critique avec l’Allemagne et les Allemands, il estime que je me moque un peu trop et que l’Allemagne est en train de devenir le nouveau collègue puant de mon blog…

En particulier, il n’apprécie pas du tout que je moque de mon gynécologue, bizarrement il l’adore…

Je ne pensais pas écrire cette phrase un jour…mon mari aime mon gynécologue.


Avant la naissance de Raphael, il y allait avec plaisir chaque semaine…lui…

Il y va même sans moi demain… pour chercher une attestation, ok…mais il y va tout guilleret…


Stephan, qui me dicte cet article, souhaite donc que je lui rende un bref hommage.


Mon cher Docteur Fleischman porte certes un nom abominable pour un gynécologue mais il le porte toujours avec le sourire, toujours un mot pour plaisanter, même si, bien souvent, je ne comprends pas la blague.


Je crois aussi qu’il est toujours heureux de nous voir, parler avec un homme (puisque c’est toujours à Stephan qu’il s’adresse, moi, j’ai juste droit aux sourires rassurants) doit le changer de sa clientèle habituelle, aussi est il particulièrement accueillant.


En plus, il est bien organisé mon cher docteur Fleischman, puisque ce n’est pas moins de 5 femmes qui travaillent à ces cotés (en Allemagne, un médecin a toujours plusieurs assistantes), ce qui fait qu’au lieu d’attendre trois quart d’heures dans la salle d’attente, comme en France, on commence par aller faire pipi (les analyses se font à son cabinet), ça occupe toujours 5mn.

Ensuite on patiente un peu dans la salle d’attente, puis une assistante vient nous chercher pour prendre la tension, nous peser, ça occupe de nouveau 5 mn, puis re salle d’attente.

Puis on rentre dans une des salles de consultations du docteur où on patiente de nouveau…


Elliot, le chouchou des assistantes, a à sa disposition, une coupelle de bonbons, du papiers, des crayons, des Legos, des livres…


Bref, on y passe la soirée mais on ne voit pas le temps passer.


Mais mon cher docteur Fleischman, là où il m’a tellement épatée, que j’ai même pas réussi à me moquer, c’est quand il m’a envoyé une carte de félicitation pour la naissance de Raphael, une vrai carte, hein! Pas un truc publicitaire, une vrai carte, écrite par une vraie assistante et signées par tout le Cabinet, ou signée par la même assistante mais qui aurait pris le soin de changer de stylo pour imiter les signature de ses collègues et du Fameux docteur Fleischman, ce qui est tout de même une délicate attention.

Repost 0
Published by Mélanie H
commenter cet article
15 octobre 2008 3 15 /10 /octobre /2008 09:08

Hier était mon premier mardi dans la cour des grands.


Mon mari à la musique, Desesperate qui commence à 20h55 et 2 enfants à charge.

2 enfants à laver, nourrir, brosser, à non, ça c’est le chat, et coucher, dans un délais suffisamment court pour me retrouver à l’heure dite sur mon canapé et seule.


J’ai bien pensé donner le bain d’Elliot vers 16h et le bib de Raphael vers 18, mais les principaux intéressés n’étaient pas d’accord.


Je m’en suis pas mal tirée, les 2 enfants, et moi avec, ont été nourris dans les temps, les fesses de Raphael ont légèrement trempé dans le bain d’Elliot, histoire d’une part d’accélérer le mouvement et d’autre part d’amadouer Elliot « oh, regarde tu prends ton bain avec ton petit frère, c’est super…non? »


Le coucher a été plus problématique…


Déjà le petit n’était pas d’accord, c’est pas son heure, il a trop peur de rater le dernier biberon en s’endormant trop profondément, il lui parait donc plus sage de ne pas dormir avant 22.23 heures…


Quant au grand…le moindre bouleversement dérègle son sommeil, souvenez vous comme j’en ai bavé en juillet lors du départ de Stephan vers l’Allemagne, un Poussin à coucher dehors…

Il s’endort tard après moult câlins, disputes et autre verre d’eau et menaces, se réveille à l’aube et parfois même se pointe au beau milieu de la nuit dans le lit parental.


L’autre jour, il est venu avant 6h du matin, dans mon lit, muni de son sabre laser Star Wars de chez mac Do, celui là même qui lui sert à chasser les gros loups aux dents vertes (?) et pointues qui volent (?) au plafond de sa chambre.

Autant dire que le sabre laser a failli voler vers la poubelle, parce que dans la chambre des parents, il n’y a ni loup ni sabre, car maman elle leur casse la figure aux loups (et aux sabres laser aussi.)


Bref, revenons en à nos Poussins, j’ai fait semblant de coucher Raphael, en espérant qu’il se tiendrait tranquille jusqu’à la fin de l’histoire d’Elliot.

Ce qu’il a fait grosso modo, histoire lue pour Elliot, rappel des règles: pas de lumière rallumée, pas de Poussin qui se pointe dans le salon, pas de cris…

Il y a eu un câlin, un verre d’eau, un nouveau câlin, une lumière rallumée une maman qui se fâche, puis le calme.


20h38, mon périnée et moi sommes assis dans le canapé, Raphael dans son transat, tète sa tétine à fond les manettes en trompant la faim jusqu’au prochain bib (quand il est réveillé, il pourrait manger toutes les heures…)

20h55, début de la série.

21h05: « Maman….. »

21h06 les tétines manquantes à l’appel sont retrouvées, Elliot est recouché, un bisous, un rappel des règles très convaincant, menace de fessée à l’appui.


Le suite de la soirée se déroule dans le calme, il ne manque pas grand pas grand-chose à mon bonheur…


Un chat sur les genoux peut être…


M***** la chatte!


Débordée par mes deux Poussins je l’ai oubliée sur le balcon ou elle passe généralement 2 minutes trente maximum…voila 1h30 qu’elle se gèle les papattes sur 5m² de carrelage…

Qui a dit qu’on pouvait être à la fois mère et maîtresse…

Repost 0
Published by Mélanie H
commenter cet article
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 15:25



Je vous avais donc laissé vendredi soir, je n’imaginais pas encore l’effet à retardement des vapeurs de Merridish.

Je me suis couchée tranquillement, seule chose étrange, l’odeur de mon mari digérant encore son repas de midi.


Vers 3 heures du matin, le mal au dos m’a réveillé, j’ai vaguement repensé à ce que mon gynéco m’avait dit la veille, à savoir que mon ventre était tellement énorme et distendu (enfin, un terme dans le genre que Stephan avait traduit, pour mon grand désespoir par « le ventre tellement explosé ») que je risquais de ne pas ressentir les premières contractions, mais que le mal de dos pourrait me les indiquer.

J’ai décidé que 3 heures du matin n’était pas une heure pour partir accoucher, j’ai donc essayé de me rendormir.


À 4 heures ce sont des contractions qui sont arrivées, je ne m’en étais pas laissée conter par le mal de dos, j’ai donc décidé de mater les contractions au Spasfon afin de finir ma nuit.

En fait, sans rancune suite au déjeuner du midi, j’avoue que ça m’ennuyait de réveiller mes beaux parents au beau milieu de la nuit (pour venir garder Elliot, pas pour m’accoucher évidement…)


Mais à 5 heures, la fréquence et l’intensité des contractions ont eu raison de ma compassion, j’ai secoué mon mari, pensant à juste titre que mes beaux parents préfèreraient être réveillés en Allemand plutôt qu’en français.


D’humides indices m’ont informé qu’en plus des contractions régulières, j’étais en train de perdre les eaux.

Assez décevant la perte des eaux, sans doute parce que la tête de Raphael était déjà très basse et en freinait l’écoulement, ça tenait plus du robinet fuyant que des chutes du Niagara, enfin, bref, tant pis pour la déception et tant mieux pour les sièges de la voiture.


En arrivant à la clinique, j’ai commencé à ne plus rigoler du tout, non pas que j’étais hilare jusque là mais disons qu’entre 2 contractions, j’essayais de distraire mon mari et de le rassurer.


Rapidement, les rôles se sont inversés.


Les contractions de la maison étaient juste une petite mise en jambe pour ce qui m’attendait à la clinique car là j’ai commencé à avoir mal, mais mal…vraiment mal.

J’étais en salle de pré travail depuis à peine 20mn que je pleurais déjà pour avoir une péridurale, et « pleurais » n’est pas une image…

Et je l’ai eu, j’avais en tête le soulagement immédiat que j’avais ressenti pour mon premier accouchement, entre 2 contractions, je chantonnais presque la chanson de Camille à ma sauce: « elle va prendre ma douleur, prendre ma douleur »


Sauf que, le soulagement ne fut pas immédiat…et après 3 doses ne concernait que la partie gauche de mon corps.

Et là…j’avoue que l’événement est peut être encore un peu trop récent pour que j’arrive à vous le  raconter avec humour.

Je crois que j’aurais pu, si les contractions ne me tétanisaient pas toutes les minutes, égorger sans couteau la gynéco qui m’a fait la péri (ce sont les gynéco qui font les péridurales dans cet hopital)


150 fois, j’ai du me dire que si j’avais eu aussi mal pour mettre Elliot au monde, il serait fils unique…enfin, ça c’était avant la poussée…

Car pendant les quelques minutes qu’elle a duré je n’ai pensé rien d‘autre que « je ne vais pas y arriver, je ne vais pas y arriver, je ne vais pas y arriver… » je l’ai crié aussi…


D’ailleurs, il y avait une ambiance pendant cette poussée (heureusement très très courte, pour Elliot, ça avait duré plus de 30 mn, et ça avait fini par des forceps.)

On se serait cru dans les tribunes d’un match de foot.

Je croyais qu’il n’y avais qu’à la télé que les femmes criaient en accouchant…c’est pas que j’en sois fière…mais j’ai crié : « Stephan, dis leur que je ne vais pas y arriver, je te dis que je ne vais pas y arriver »

Les 2 gynécos et la sage femme devaient crier quelque chose du genre, « mais qu’est-ce qu’elle dit » et Stephan, essayant de couvrir tous ces cris hurlait « pousse, tu vas y arriver, pousse… »


Bizarrement aucun gros mot, aucune insulte ne furent prononcés.


Et il est sorti, j’y suis arrivée.


Brusquement, plus aucune douleur, plus de cris, et d’autres larmes.


Mon fils est né, je l’ai mis au monde, j’y suis arrivée, j’ai l’impression d’avoir gravi l’Everest, d’avoir gardé le secret malgré la torture, d’avoir sauvé le monde, d’avoir traversé l’Atlantique à la nage…il est 9h12, mon fils est né, JE l’ai mis au monde.

 

Repost 0
Published by Mélanie H
commenter cet article
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 13:16


Nous sommes rentrés à la maison, en pleine forme tous les deux.

Le récit de l'accouchement viendra, je vous le promet, ainsi que celui du séjour à la maternité mais pas aujourd'hui, des obligations familiales: profiter de mes poussins, de leur papa, de mon lit, de ma maison, consoler mon chat (mon absence lui a couté la moitié de la tête en perte de poils)...m'appellent.

Un grand merci tout émus à Lynda pour son annonce parfaite, un grand merci tout aussi emus à toutes et tous pour vos félicitations, vos messages pleins d'amitié, et votre sincère compassion pour mon périné
.
Repost 0
Published by Mélanie H
commenter cet article
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 19:30

Il y a quelques jours, Mélanie me chargeait d’une mission.

Secrètement, cette mission je l’espérais.
Pudiquement, je l’attendais.
Joyeusement, je l’acceptais.

Cette mission n’est pas sans danger, elle est délicate voire périlleuse, j’ai des objectifs bien précis, des directives très claires, des consignes strictes, je n’ai pas le droit de vous raconter des bêtises !...

En revanche, je crois avoir le droit de vous faire languir, de vous faire trépigner d’impatience ou de jouer avec vos nerfs…

C’est avec une joie incommensurable que je vous annonce la naissance de


        Raphael


Ce nouveau petit poussin pèse 4 kg et mesure 56 cm. Il est arrivé ce matin à 9h12. Il fait bien sûr la joie de tout le poulailler qui se porte bien.

Biz à toutes.
Lynda.

Repost 0
Published by Mélanie H
commenter cet article
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 20:47







et ben je suis toujours là...vendredi, 20h49...pas de contractions, malgré une journée passée chez mes beaux parents...

Le gyneco, que j'ai vu hier, a parié sur une naissance demain, mais m'a quand même donné un nouveau rdv lundi...juste au cas où...

Moi, j'avais parié sur ce soir, j'ai perdu, ou alors ça sera une naissance éclair, mais vu le poid de la bête, estimé à 3,9 kilos hier, j'en doute...

n'oubliez d'avoir une tendre pensée pour moi...et pour mon périné...ce we!

Repost 0
Published by Mélanie H
commenter cet article
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 10:20
Ce n'est que partie remise...

Il me reste 14 heures pour accoucher le 2 octobre…

Évidement c’est possible mais ça me parait mal parti.


Il est pourtant indispensable qu’Helmut naisse avant demain midi, s’il aime sa maman IL FAUT qu’il naisse avant demain midi.

Demain, nous sommes invités par mes beaux parents à déjeuner, pour déguster le traditionnel Meridish (orthographe très incertaine), cette sauce immonde à base de radis qui aurait manqué d’eau tout l’été, râpé très fin…

Bien sûr je ne vais pas en manger, mais je devrais quand même en supporter l’odeur et la vue dans les assiettes de mes voisins…

Helmut, vient au secours de ta maman, il est temps de naître maintenant!


Demain est un jour férié, la fête nationale allemande, pas de blog pendant 3 jours…

Bien sûr s’il se passe quelque chose vous serez avertis, sinon à lundi, nous ne serons qu’à terme +6 après tout…

Repost 0
Published by Mélanie H
commenter cet article
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 09:59
Bah oui, il n'est toujours pas né...waf waf waf...je sais, je peux aussi retourner me coucher...

Tiens, en parlant Poisson pané, on a eu une petite conversation l'autre midi avec Elliot, j'avais un peu l'impression d'être dans une autre dimension, la dimension où les petits garçons de 3 ans abusent de subtances illicites avant de passer à table


« Maman, elle est où la tête? »

Il me montre le poisson pané dans son assiette…

« il n’y a pas de tête, poussin, ce n’est pas animal, c’est juste de la nourriture, comme une tranche de jambon »

« Mais non, c’est comme un bateau. »

« et les bateau ils ont une tête? »

« bah oui, les bateau ils ont une tête et les tracteurs ont un toit aussi »



Quel dommage que je ne sois partie accoucher car je n’ai pas grand-chose à dire, pas de signes avant coureurs de naissance imminente.

De toutes façons, je me suis rendue compte hier en jouant au Loto qu’Helmut ne pouvait pas naître en septembre, j’aurais du y penser plus tôt, ça m’aurait épargné cette impatience.

Je suis née en avril (04), Stephan en juin (06) et Elliot en août (08) il s’agit d’une suite logique de nombres paires, Helmut est mathématiquement forcé de naître en octobre (10)…


Je trouve que le 2, c’est-à-dire demain ne serait pas mal, non pas pour faire plaisir à ma mère qui a parié sur cette date, mais parce que cela nous permet une certaine cohésion des dates de naissance familiales (indispensable n’est-ce pas?).

Je suis née le 2, Stephan aussi et Elliot le 22, comme il me parait plus qu’improbable que j’accouche le 22 octobre (je compte sur mon bon docteur Boucher pour me rassurer sur ce point demain) il parait logique que j’accouche demain, 2 octobre 2008...


Bref tout ça pour vous dire qu’à défaut de faire travailler mon col de l’utérus, je fais bosser mon neurone unique…


À demain, si Helmut le veut bien.

Repost 0
Published by Mélanie H
commenter cet article
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 09:39

Lorsqu’il était à la crèche, mon Poussin ne s’est guère intéressé aux filles.

Non pas que j’ai essayé de l’en dissuader (non, non), c’est juste que ses 2 grands copains étaient des garçons et qu’il n’a jamais noué d’amitié particulière avec une fille, c’est tout.


Mais depuis qu’il est arrivé au Kinder Garden, il n’a qu’un prénom à la bouche: Anika.


Au début il parlait surtout du bébé d’Anika, bien qu’elle soit plus âgée (un an et demi de plus, tout de même) la petite n’est pas fille mère…

C’est que pour Elliot le petit frère est son bébé.


Puis il y a eu de grande démonstration d’affection, enfin, chacun assis dans sa voiture, se faisant de grands coucous à travers la vitre.

D’ailleurs quand on a demandé à Elliot pourquoi il ne faisait pas de bisous à Anika, il nous a répondu « parce qu’elle a les lèvres roses »…alors c’est sur, il vaut mieux se saluer d’auto à auto, c’est une bonne protection contre les dangereuses lèvres roses (c’est Elliot qui le dit, pas moi, je vous signale, je le trouve encore un peu jeune pour le mettre engarde vis-à-vis des dangereux artifices féminins)


Et puis il y a eu ce jour déchirant où je n’ai pas démarré assez vite derrière la maman d’Anika, Elliot a regardé sa dulcinée s’éloigner en criant « Anika! Anika! » c’était bouleversant.

D’ailleurs il m’a dit ensuite, après que je lui ai expliqué qu’Anika rentrait chez elle manger avec sa maman et son petit frère, que « ça serait bien si Anika, elle pouvait venir à sa maison à lui »… bah tiens, et pourquoi pas l’inviter à dormir à la maison aussi pendant qu’on y est…franchement…


Et ce matin, intimidé par 3 jours d’absence (Anika lui a fait l’affront de s’absenter hier) Elliot a jugé la demoiselle trop entreprenante.

Elle l’attendait patiemment pour lui donner la main après qu’il ait enlevé son manteau, mais mon Poussin a préféré se réfugier dans les bras protecteur de sa maman, refusant de jeter un coup d’œil à cette tentatrice aux lèvres roses

Il a avancé vers sa salle de classe en aveugle, le visage caché dans mon manteau (ouvert pour cause de gros ventre, et pas pour cause de grosse chaleur…)


J’ai quand même eu de la peine devant la moue triste d’Anika, et puis ses lèvres, d‘ailleurs, elles ne sont pas si roses que ça…


Comme vous pouvez le constater je suis ENCORE là…

J’aime bien le regard plein de compassion des mamans au Kinder Garden quand je dis que le terme est demain…

Je vous laisse, j’ai du repassage à faire, ainsi qu’un peu de trampoline.

Repost 0
Published by Mélanie H
commenter cet article